Stages plantes sauvages, découverte et cuisine.

Dans ces sessions, je partagerai avec vous ma reconnaissance pour les plantes sauvages que j’utilise depuis des années dans la cuisine. C'est aussi une introduction à la cuisine végétale médicinale et survivaliste. Ce sera aussi l'occasion de découvrir les principales plantes condimentaires et médicinale des terrains secs : les différents thyms, serpolet, les sauges, le romarin, les origans, l'hysope, la sarriette.

Les plantes sauvages sont gorgées de bienfaits, d'oligo-éléments essentiels (magnésium, silice, fer, calcium, cuivre, etc.), vitamines. Elles ont aussi une capacité d’adaptation face aux conditions climatiques et environnementales extrêmes. En les consommant régulièrement, elles améliorent notre santé et fortifient par la même occasion notre immunuté. De plus, les fleurs de certaines décorent à merveille les salades.

A mon avis, la reine est l’ortie. C'est la plante la plus riche en fer et en protéines. Elle abonde dans la nature. Elle apprécie les sous bois ou les bords de ruisseau. Fraiche ou séche, elle peut se consommer toute l'année.

Nous préparerons toutes les plantes de la saison de plusieurs façons : fraiches, déshydratées, en gratins, condiments, en salades, en beignets, galettes, sauces, etc. 

Ortie, chénopode, pissenlit, carotte, pourpier, achillée, consoude, bardane, mauve, plantain, armoise, prêle, roquette, brocoli sauvage, fumeterre, pimprenelle, molène, feuilles de tilleul, etc.

Dates en 2021 : dimanche 14 février, 14 mars, 18 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 26 septembre, 10 octobre. 

Participation: 45€ avec dégustation. Horaires : 9h à 14h.

Contact : lafeedarlane@yahoo.fr    

 

LES RECETTES A BASE DE PLANTES SAUVAGES

Introduction à la cuisine sauvage !

 L’ORTIE

Tout est bon dans l’ortie !

Les jeunes pousses d’ortie ou les feuilles.

Enlever les tiges dures, ébouillanter les feuilles 30 secondes dans de l’eau légèrement salée, puis les passer sous l’eau froide, les égoutter et introduire dans une soupe, un gratin, une tarte, une omelette, etc. Vous pouvez aussi les cuire directement sans les ébouillanter et les cuire à la vapeur. Une fois mixé avec de la créme de soja cuisine vous obtiendrez une sauce pour les crudités.

Le rhizome.

Déterrer le rhizome de préférence à l’automne en lune décroissante. Le laver en le brossant avec une brosse végétale, puis le faire sécher au soleil.

Utilisation : 20 minutes en décoction ou mélangé dans une infusion avec d’autres plantes.

C’est un anti-inflammatoire et un reminéralisant.

Vous pouvez utiliser la plante entière pour faire du purin d’ortie qui sert à enrichir la terre et à dynamiser la croissance des plantes.

Vous pouvez aussi déshydrater les feuilles d’ortie pour une utilisation ultérieure en les faisant sécher puis les réduire en poudre.

 

PRÊLE DES CHAMPS

Source importante de silice organique végétale, offerte par mère nature. Attention ceci est uniquement valable pour la prêle des champs, les autres contiennent trop d'alcaloïde.

La cueillir à la fin du printemps. La faire sécher, puis  la déshydrater à 60° dans un four entrouvert ou un déshydrateur, attention à ne pas la brûler. En faire ensuite une poudre fine qu’on pourra introduire, à la cuisson, en petite quantité dans toutes les préparations.

Avec les jeunes pousses on peut faire des tempuras.

 

RACINE DE BARDANE OU DE PISSENLIT 

Très fortifiantes.

Bien les laver. Pour la racine de pissenlit, la couper finement après l’avoir bien lavée et brossée. La faire sauter dans un petit peu d’huile de sésame, ajouter du tamaris ou shoyu et consommer  en condiment. (n'attendez pas de trépasser pour la déguster faites le de votre vivant)

La racine de bardane (Gobo en japonais, Bardock en anglais) est cultivée depuis longtemps en Extrême-Orient. La déterrer la premiére année de sa croissance, elle sera plus tendre. Par la suite si elle est dure faites-en du café en la torréfiant dans un four ou v faites la sécher en morceaux pour préparer en décoction.

Si vous l'appréciez vous pouvez la multipler en répandant ses graines dans la nature à l'automne.

La préparer comme la racine de pissenlit, cuire plus longtemps ou ajouter en fines tranches dans les soupes.

Faire revenir des oignons et la rajouter, ensuite saler. Puis laisser cuire au minimum 45 minutes.

On  peut aussi laisser sécher ces deux racines pour en faire des décoctions ou un café, comme avec la chicorée. les fleurs de pissenlit décorent les salades ou en beignets, excellents !

  

ARMOISE, PRÊLE, PLANTAIN, SAUGE EN BEIGNETS

Tremper les jeunes pousses dans une pâte à beignet et faire frire. Ou alors les désydrater simplement puis les ajouter dans une préparation.

  

CHÉNOPODE BLANC (ÉPINARD SAUVAGE) même famille que le quinoa.

Avec l'amaranthe, ce sont des plantes pionniéres qui s’imposent dans tous les jardins au printemps.

Les cueillir jeunes et tendres, les cuire à la vapeur ou les ébouillanter 2 minutes dans de l’eau salée pour éliminer l'acide oxalique. Passer sous l’eau froide, égoutter et assaisonner d’une vinaigrette ou les faire sauter puis les assaisonner à votre goût.

On peut l’utiliser avec d’autres légumes dans une soupe ou une tarte.

  

POURPIER

Jeunes pousses crues en salade ou coupées finement en omelette ou dans un potage.

Et plus encore, en fonction de la saison à l'occasion d'un stage

Nous avons choisi le nom « Arlane » en hommage à Jean Giono, car c’est le nom qu’il avait donné au domaine des « Lanceurs de graines », une de ses pièces de théâtre et roman paru aux Éditions Folio.